mercredi 17 février 2010

Paysage et contemplation: empathie et apathie.

Yi-Fu Tuan a dit Le paysage nous parle, mais comment? (…) comprendre les dialectes variés et les personnalités distinctes du paysage et y répondre intelligemment, avec l’émotion appropriée. (traduction libre)

La notion de paysage est objet d’étude dans nombre de domaines. Comment réagissons-nous devant le paysage filmé? La représentation d'un endroit sucite en l'homme des réactions bien distinctes de l’expérience réelle du lieu. Un documentaire National Geographic, le vidéo amateur du touriste aux chutes Niagara, une installation vidéo dans une galerie.

Une installation vidéo dans une galerie? Les oeuvres de l'artiste islandais Oskar Ericsson présentées à Oboro ce mois-ci par exemple. La vidéo The Benefits of Doubt créée en 2008 est un diptyque d'une simplicité désarmante. La mer et son reflet. Aucun mouvement autre que l'imposant et impénétrable va et vient des vagues se frappant les unes aux autres. Pas étonnant que la mer ait été source d'inspiration des poètes, scientifiques et artistes de tout temps.

Ainsi sommes-nous peut-être intimidés par la grandeur de la nature et parfois contraints à la contemplation. La contemplation est synonyme de regard, de réflexion, de recueillement et d'admiration. Admiration des manifestations de la nature et de la vie, exaltation et empathie envers ce qui nous entoure. Pourtant, dans notre société, l'acte de contemplation est encore très souvent associé à l'apathie.



L'empathie

Aptitude permettant la compréhension des ressentis d'autrui. N'impliquant en rien le partage des sentiments ou une prise de position quant aux sentiments de l'autre.




Le paysage humanisé, qui contient les traces du passage de l'homme, celui qui fait appel à notre mémoire collective. Les paysages de Willie Doherty sont énigmatiques, lourds de sens et créent une réaction d'empathie, d'inconfort.

L'apathie

L'absence de sentiment. L'indifférence. L'abandon.


Je vous présente un court extrait de mes recherches actuelles sur le paysage, la notion de contemplation et l'abandon. À suivre...


À visiter: Absolument, le site web de l'artiste Oskar Ericsson http://www.oskarericsson.net/.

L'exposition chez Oboro se terminant sous peu, vous avez la chance de voir six extraits sur le site web.

À lire: Language of Landscape, Anne Whiston Spirn, Yale University Press, 2000