samedi 29 mai 2010

L'impression: la cicatrice hors-corps


Ces artistes qui impriment : un précieux survol de l’art imprimé au Québec est présenté dans la salle d'exposition principale de la Grande Bibliothèque et dans la salle Gilles-Hocquart du Centre d'archives de Montréal. 88 artistes et plus de 200 œuvres émergent de la fascinante faune contemporaine québécoise.

L’estampe a longtemps été associée aux métiers d’art puisque que sa pratique est très technique et complexe. Pourtant, elle est vieille comme le monde. Et ce n’est pas peu dire : les cavernes de Lascaux ça vous dit quelque chose?


C’est peut-être cette réputation de quasi métier d’art qui a permis à plusieurs femmes artistes québécoise d’obtenir une reconnaissance et une certaine visibilité. C’est réellement réjouissant de constater le nombre un peu plus élevé qu’à l’habitude d’artistes femmes dans une exposition de cette ampleur. Francine Simonin (oeuvre ci-haut), Betty Goodwin, Elmyna Bouchard et Geneviève Cadieux sont des artistes importantes et marquantes de leur époque. Vous n’avez aucune excuse de ne pas aller visiter Ces artistes qui impriment jusqu’au 3 octobre 2010.

Tracer, creuser, encrer, imprimer : un procédé essentiel à la transmission de l’histoire, de la mémoire et du vécu.

Je vous partage l’émouvante performance de l’artiste mexicaine Teresa Margolles. Encre indélébile, le sang des milliers de victimes de la guerre de la drogue imprimée au sol par leurs proches, encore et encore.

À visiter : la Galerie Orange, dans le Vieux-Montréal. Sympathique mine d’or aux milliers d’estampes québécoises, bien cachée entre les nombreuses galeries commerciales sans intérêt du quartier. Personnel toujours des plus accueillants. www.galerieorange.com