vendredi 13 avril 2012

À la vue des carnets



L'art vu de mon atelier, c'est l'art vu des yeux de mes carnets posés sur moi qui s'affère à les remplir. Ils m'observent, me laisse faire tout ce qui me passe par la tête. Quand ils sont plein ou que j'en ai assez eux, je les cache loin de tout, comme de légers secrets trop étranges pour être partagés.


Je retrouve ces carnets lorsque je déménage. Je me surprends à devenir touriste de mes anciennes pensées. On est si rapidement à des milles de ce qu'on était la veille. Je retrouve mes vieux copains de fortune, camarades des mirages et des rêves qui m'accompagnent chaque soir.


Où étais-tu le 5 mai 2008? Je ne sais pas. J'ai un indice, une énigme à déchiffrer qui pourrait peut-être nous être utile.


Des dizaines de carnets. Le premier date du début de mon adolescence. Et le dernier en est à sa troisième page. Je remarque qu'ils sont plus petits avec le temps, plus portatifs: c'est ça le progrès, non?



J'ai toujours adoré pouvoir consulter les carnets à croquis des artistes. Dans les musées, dans les bios. À mon sens, tout est là. J'aimerais que tous les poètes, scientifiques et artistes publient leurs carnets. Qu'existe-t-il de plus intime, de plus vrai et émouvant? Et je ne parle pas des carnets à croquis jolis, pensés pour les autres. Ceux qui sont vraiment très difficiles à montrer. Je pile sur mon orgueil aujourd'hui pour vous montrer ces vieilleries. Parce que je connais bien le plaisir que ça vous procurera.



.......

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire